Manuel Bedouet

L'art de se perdre

Au début, c’était un jeu. Quand on s’aime et qu’on est loin l’un de l’autre, on ne peut que se dessiner une vie rêvée. Alors nous avons fixé les règles pour jouer à s’inventer des morceaux de vie en plus. L’Art de se perdre, c’est un projet aussi créatif qu’intime.

Quand on créé des jeux, en particulier des jeux de rôle, il est assez naturel d’avoir une partique de l’écriture créative. Néanmoins, ce sont rarement des textes longs. On y trouve plutôt de courtes nouvelles d’ambiance, destinées à donner de la chair à un univers imaginaire. 

L’art de se perdre est à des lieues de ça. Tout d’abord c’est un projet de longue haleine, encore en cours d’écriture. Ensuite, c’est un projet qui vise avant tout à faire vivre des personnages et leur relation plus qu’à explorer des contrées de fiction. Et pourtant, les habitudes ont la vie dure, et à un récit plutôt contemporain, on adjoint une pincée de mythologie, un soupçon de références littéraires et quelques grammes de rêverie. 

Lettre de Lisa à Melville

Nous avons initié ce projet avec Lille Clairence, au cours de l’année 2018. Mais la vie comme la marée a ses mouvements, et Lille a préféré se concentrer sur d’autres envies. Alors, un peu seul, un peu avec tout le monde, j’ai continué à raconter l’histoire de Melville et Lisa, leurs aventures, leurs rencontres, leurs émois. C’est évidemment plus difficile d’écrire seul. Parfois, l’inspiration s’échappe et il s’écoule des mois, des semaines, sans qu’un nouveau mot ne vienne s’ajouter au manuscrit. Mais ce projet me plaît. Je le mènerais à terme, je crois.